Connexion

N° 1 | 2008
Entre érudition et émotion : le cinéma d'enquête

Numéro dirigé par Fabienne le Houérou

 Le dossier se compose de six articles qui explorent la notion d’érudition en interaction avec celle d’émotion. Les publications ci-après émanent du Colloque « Entre érudition et émotion : le cinéma d’enquête » organisé le 28 septembre  2007 à la MMSH d’Aix-en-Provence, par le programme transversal « Filmer les Mondes Arabes et Musulmans » dans le cadre des rencontres cinématographiques aixoises. Aussi avions-nous, d’un commun accord, décidé de garder le style oral de certaines des communications.

Remerciements 

Je tiens à remercier tout particulièrement  Ghislaine Alleaume, Directrice de l’IREMAM, pour ses encouragements et son aide précieuse qui a permis la tenue de cette rencontre.

Mes remerciements également pour nos collaboratrices Anne Débray-Décory, Evelyne Mondot et Evelyne Disdier pour le temps qu’elles ont généreusement consacré tout au long de l’élaboration de ce numéro.

Ma reconnaissance va à Abdelmajid Arrif pour le soutien qu’il a apporté à cette publication et pour l’inventivité dont il a fait preuve dans la conception et la réalisation de cette revue électronique multimédia pour qu’elle réponde à la philosophie de notre approche éditoriale : un alliage fécond entre image et texte.

Fabienne Le Houérou 

Les articles : 

Fabienne Le Houérou présentera dans un premier article les relations entre les affects et l’émergence de certains concepts à partir d’un film tourné en 2005 sur les réfugiés du Darfour au Caire. Insistant sur la valeur heuristique des images dans l’élaboration d’une problématique filmée.

Manöel Penicaud, à travers le récit de la réalisation d'un premier film sur le pèlerinage des confréries Regraga au Maroc, révèle les coulisses du tournage de quatre ans effectué par l’auteur (anthropologue) et Khamis Mesbah (cinéaste). L'occasion de revenir sur de nombreuses questions : l'apprentissage et le travail en binôme, le langage cinématographique, la technique, le « scénario rituel », le style, la subjectivité, etc.

Christophe Pons, s’appuie sur son expérience personnelle d’écriture filmique pour rappeler comment la subjectivité est constitutive de la discipline anthropologique. Très souvent, cette caractéristique qui est à la fois la force et la faiblesse de la discipline, resurgit comme une impensée dans ce qu’on nomme les films ethnologiques.

Abdelmajid Arrif, nous invite à nous questionner sur nos exercices d’écritures, les hiérarchies symboliques et institutionnelles qui les recouvrent, les formes sensibles de restitution de la réalité humaine et subjective du « terrain », la relation observation/récit… dans la perspective du rapport «  émotion-érudition ».

Falestin Naïli, explore le rôle du lien social entre le chercheur et les personnes qu’il rencontre lors de son travail de terrain, et, en particulier, dans le contexte hautement politisé du conflit israélo-palestinien, l’impact du positionnement politique présumé du chercheur.

Colette Piault s’interroge sur les usages de l’interview dans un  film d'anthropologie.  La pratique de l'interview -bien différente de celle utilisée dans l'interview  de reportage journalistique- peut remplir  diverses fonctions. C'est le projet même du film qui déterminera sa nature. Son rôle consiste généralement à établir un lien, information ou sensibilisation, entre réalisateur, personnes filmées et spectateurs.  

Les auteurs :

 

Fabienne Le Houérou,

Historienne, CNRS, IREMAM,  historienne et cinéaste,  mène des études sur les migrations en reliant un travail d’écriture avec l’utilisation des images. Elle anime le séminaire « Les images comme source de connaissance » à l’IREMAM, Directeur de la revue « Science and Video ».
IREMAM - MMSH

Manöel Penicaud,

Ethnologue, est doctorant en anthropologie à l'IDEMEC (MMSH – Université de Provence). Il travaille sur des lieux de pèlerinage musulmans et chrétiens dédiés aux Sept Dormants d'Ephèse, en privilégiant notamment l'approche audiovisuelle.
IDEMEC - MMSH

Christophe Pons,

depuis 2003 chargé de recherche (CNRS) à l’Institut d’Ethnologie Méditerranéenne, Européenne et Comparative (IDEMEC) à Aix-en-Provence (MMSH), mène des études d’anthropologie religieuse auprès des sociétés protestantes de l’Europe du Nord-Ouest.
IDEMEC - MMSH 

Abdelmajid Arrif,  

Ethnologue, USR-MMSH-CNRS, travaille entre autres sur les questions patrimoniales à Casablanca et à Marseille, rédacteur en chef de la revue « Science And Video ».
USR 3125 - MMSH (AMU)

Falestin Naïli,

historienne/anthropologue, a soutenu sa thèse intitulée « La mémoire et l’oubli à Artas : un élément de l’histoire rurale de la Palestine, 1848-1948 » à l’Université de Provence en 2007, sous la direction de Randi Deguilhem.

Colette Piault,

Anthropologue et cinéaste, Directrice de Recherches honoraire  au CNRS, Fondatrice (1985) et Présidente de la Société Française d'Anthropologie Visuelle. A fait du terrain en Afrique de l'Ouest, en France (Pas de Calais) et en Grèce  où elle a réalisé une série de films sur la désertion villageoise.