Connexion

N° 3 | 2011

Images hors Cadre ? L’identité entre lieu et mémoire : perspectives moyen-orientales et latino-américaines

Numéro dirigé par Naili Falestin

Science and Video s’est donné pour objectif de questionner :
- la production des images;
- le rapport que les chercheurs, les photographes, les réalisateurs... et ceux qui les regardent établissent avec elles, 
- et leurs liens avec ceux qui figurent sur les images, la façon dont les images ​sont construites, exploitées, appropriées et cadrées.
Les articles, rassemblés dans ce numéro, abordent la question du lien entre l’image et son cadre à partir de terrains moyen-orientaux et latino-americains et de perspectives disciplinaires diverses. Des questionnements communs parcourent ce numéro. Ils concernent le rapport entre identité et altérité, absence et présence, intérieur et extérieur. [Suite]

* Photographie :  Bethel excavations in 1954 / by James L. Kelso. Peasant women carrying baskets of earth from mound, Matson Photo Service, photographer. Source : Library of Congress.

 Les auteurs :

 Falestin Naili est chercheure associée au Laboratoire de Recherche historique Rhône-Alpes (LARHRA) et membre de l’axe « Images et Imaginaires » à l’Institut de recherches et d’études sur le monde arabe et musulman (IREMAM). Historienne et anthropologue sociale, spécialiste de l'imbrication de l'histoire européenne avec celle du Proche-Orient, elle travaille,actuellement, sur -l'histoire ottomane de Jérusalem, sur les projets millénaristes d’implantation et de mission au Proche-Orient et sur la patrimonialisation du passé paysan en Palestine et dans la diaspora palestinienne. Liens vers ses publications dans Hal-SHS :
http://halshs.archives-ouvertes.fr/view_by_stamp.php?label=SHS&halsid=dk30cei14kgljage8kn1j1rq54&action_todo=view&id=tel-00443901&version=1

 Annelies Moors est professeure au Département de sociologie et d'anthropologie à l'Université d'Amsterdam. Spécialiste des sociétés musulmanes contemporaines, elle est l'auteure de nombreuses publications traitant de la question du genre, de la nation et de la religion. Ses recherches ont porté sur le droit musulman de la famille, les mariages musulmans, le port de bijoux en or, les médias, les travailleurs domestiques immigrés, la mode islamique et le port du niqab.
Voir ses publications : http://sites.google.com/site/anneliesmoors/publications-with-text

Cecilia Baeza est docteure en science politique de l'Institut d'Études Politiques de Paris (Sciences Po). Spécialiste des diasporas, elle travaille sur le rapport des Palestiniens d'Amérique latine à la question palestinienne. Ses terrains de recherche sont le Chili, le Brésil et le Honduras. Elle a publié à ce sujet plusieurs articles dans Raisons Politiques (n° 21 "Traversées, diasporas, modernités", mars 2006), la Revue d’Études Palestiniennes (n°95, Printemps 2005) et l'Atlas des migrations (Le Monde/La Vie 2009).

 Romain Bonvoisin, diplômé de l’Université de Paris-Ouest la Défense en ethnologie et histoire, écrit actuellement une thèse sur les journaux de presse palestiniens et jordaniens et sur le rôle des journalistes dans l’écriture de l’actualité, dirigé par Sossie Andezian. Inscrit à l’Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS), il est également affilie au Laboratoire d’anthropologie et d’histoire de l’institution de la culture (LAHIC).

 Véronique Bontemps est post-doctorante à l’Institut de recherche pour le développement (IRD), Unité de Recherche Migrations et Société (Urmis, UMR 205). Elle a soutenu en 2009 une thèse sur les pratiques citadines et le rapport au passé à Naplouse à partir de l'étude des mondes de la savonnerie. Ses recherches portent actuellement sur les pratiques de mobilités et sur les échanges entre les deux rives du Jourdain (Cisjordanie et Jordanie).

 Ramla Kronfol, réalisatrice et chercheuse d’origine libanaise, elle a participé à la réalisation de plusieurs documentaires et courts-métrages. Elle s’intéresse au cinéma proche-oriental en général dans son contexte social, politique, culture et national. Sa thèse soutenue en janvier 2010 porte le titre de « Représentation et quête identitaires dans le cinéma palestinien de 1967 à nos jours ».

 Sarah Limorté, doctorante (allocataire de recherches) à l'Université de Provence (IREMAM). Titulaire d'une licence en langue, littérature et civilisation arabes (Université de Provence) et d'un master de recherches sur les mondes arabe, musulman et sémitique. Elle a effectué plusieurs séjours de recherche au Moyen Orient (Egypte, Liban, Yémen) et au Chili. S'intéresse en particulier à l'histoire du peuple palestinien et à la construction des appartenances en exil.